id.composite et l'IUT de Saint-Brieuc : une action solidaire de protection contre le Covid19

Fabrication de visières plastiques de protection Covid19
Visières plastiques de protection Covid19

Interview : Côme Boucher de id.composite

Comment l'idée vous est venue ?


Sur les réseaux pros, sociaux et par mail, j’ai vu passer pas mal d’infos sur des initiatives de fabrication de pièces pouvant servir à lutter contre la propagation du virus (principalement en impression 3D). Nos locaux étant fermés, j’étais frustré de ne pas pouvoir participer. J’ai donc sollicité Jacques Berthoux (le directeur de l’IUT) pour pouvoir réquisitionner la machine d’impression 3D et pouvoir produire des pièces directement de chez moi. Il a accepté sans hésitation. Ensuite, je me suis rapproché du collectif « shields-visieresolidaire-covid19-Côtes d'Armor 22 » qui coordonne les actions des "Maker" en Côtes-d’Armor.

 

Pourquoi et comment êtes-vous passés de l'impression 3D, technique très relayée par les médias, à une visière tout plastique ?


L’impression 3D n’est pas un outil de production qui permet de grandes cadences, il faut compter plus d’une heure pour produire une pièce. En échangeant avec un des fondateurs du collectif (Hubert Benalouane), je lui ai dit que c’était mon métier de développer des pièces plastiques. Il m’a envoyé des infos sur des visières découpées au laser 100% plastique et fournis de la matière : https://hackaday.io/project/170481-laser-cut-medical-shield. Nous ne possédons pas ce type d’équipement à l’IUT, mais j’ai tout de suite pensé  que nous pourrions utiliser un autre outils :  une machine de découpe automatisée qui nous permet de découper des tissus de fibres de verre et de carbone que nous utilisons dans les matériaux composite. C’est une lame de cutter qui se déplace sur une table aspirant (pour bien plaquer la matière).

 

Comment procédez-vous ?


D’abord, il nous a fallu l’autorisation de travailler dans nos locaux. Depuis le début du confinement, l’Université a fermé ses porte aux étudiant mais également à notre plateforme technique. Une fois de plus le directeur de l’IUT sensible à notre action a accepté sans hésitation. Avec mon collègue « Josselin Lemoine » nous avons passé une journée à optimiser la forme de la visière pour l’adapter à notre mode de production. On a fait une vingtaine de proto. A chaque fois, on changeait un paramètre et on optimisait la conception. A la fin de la journée, on a fini par avoir un modèle qui nous plaisait bien. Il nous fallait une minute pour découper une visière (cadence 80 fois plus rapide que les pièces que je faisais précédemment en impression 3D).

 


Quelle est votre capacité de production ?


Sur notre première journée de production, Josselin LEMOINE (chef de projet chez ID Composite) et Maël VISDELOUP (technicien au département Science et génie des matériaux de l’IUT de Saint-Brieuc) on réussit à produire 200 pièces (découpées, assemblées) et en ont livré une centaine à la fin de la journée. Nous avons de la matière pour 1000 pièces, mais il va falloir se réapprovisionner, la demande dépasse déjà les 1300 pièces.

 

Quels sont les premiers retours ?


Très bons. Ma conjointe est infirmière et la validé direct.
Elle l’a présenté à ses collègues, le retour a été unanime : très bonne ergonomie, facile à utiliser et bien couvrante.
Nous attendons également un retour du service hygiène des centres hospitaliers de Saint-Brieuc et de Guingamp.
Depuis qu’on a communiqué sur cette visières, nous recevons énormément de demandes.

 

Qui va bénéficier de cette production ?


L’ensemble du personnel soignant des Côtes-d’Armor en priorité mais également des employés des services publics et pourquoi pas privés par la suite si notre production le permet.
Notre but est de pouvoir protéger un maximum de personnes avec une priorité pour les plus exposés.

 

A quel prix vendez-vous votre produit ?


C’est gratuit : Dans le contexte actuel, et dans une démarche solidaire, nous proposons nos services et produits gratuitement.
La matière nous a été fournie gracieusement et notre structure est depuis toujours soutenue par les collectivités territoriales.

 

Avez-vous d’autres pistes de développement ?


Oui, nous somme sollicité sur pas mal de projet lié à la pandémie actuelle.
On priorise, renvoi vers les bons interlocuteurs, ou commençons à réfléchir à des solutions techniques.
ID Composite travaille depuis toujours dans tous les domaines d’activité (transport, nautisme, défense, sport, loisir, design,…)
Notre pluridisciplinarité nous permet de nous adapter très vite à une nouvelle problématique et nous souhaiterions continuer de développer des projets médicaux par la suite.